Astor Piazzolla

 

Astor Piazzolla

Maître du tango argentin, Astor Piazzolla a fait danser des générations d’aficionados adeptes de cet art exigeant. Le petit Astor grandit dans le quartier italien de New York. Tout irait bien si papa ne lui avait pas offert un bandonéon au lieu des patins à roulettes. Quelle idée ! Enfin, venu d’un passionné de tango, cela n’est pas étonnant. Sans conviction, Astor joue de temps en temps de ce bizarre instrument en forme de chenille.

 Le retour à Buenos Aires accélère le destin du jeune garçon désœuvré qui a la révélation lors d’un concert de violon donné par Elivno Vardaro. Ce dernier devient son modèle et décide Astor de son destin : il sera bandonéoniste. Alors qu’il débute dans des orchestres moyens, c’est la chance qui vient à lui un soir où il remplace au pied levé un des bandonéoniste d’Anibal Troilo. 

Doué, il ne tarde pas à composer ses premiers arrangements pour diriger en 1944 l’orchestre du célèbre Francisco Fiorentino. Travaillant sans relâche à ses compostions, il produit les plus beaux airs de tango assortis d’un souffle nouveau. Dans les années 60, Astor Piazzolla écrit la majeure partie de son oeuvre, introduisant même la guitare électrique ! De 1974 à 1988, Astor Piazzolla et son quinteto, voyagent dans le monde entier pour faire danser les couples sur son ‘tango nuevo’. 1989 est la dernière année où, avec son sextuor, il joue une dernière fois sur scène, doutant jusqu’au bout de la reconnaissance de la profession à son égard. Affaibli par une attaque cérébrale, il décède en 1992.

    

 
Retour