La création de l’accordéon

La création de l’accordéon

Accueil » L’histoire de l’accordéon » La création de l’accordéon

Au début du XIXe siècle, une série d’instruments précurseurs de l’accordéon sont mis au point ; ainsi, l’Aeoline de l’Allemand Bernhard Eschenbach (vers 1810) ou le Handaeoline de l’Allemand Christian Friedrich Ludwig Buschmann (1822).

 

le demian, l'un des premiers accordéons

Mais c’est en 1829 que naît véritablement l’accordéon crée à Vienne par Cyril Demian (1772-1847) avec la collaboration de ses deux fils : Carl et Guido. Ce dernier, alors fabricant d’orgues appela cette découverte Accordion qu’il décrit ainsi :


Il consiste essentiellement en une petite boîte sur laquelle sont fixées des lamelles métalliques, ainsi qu’un soufflet, et ceci, de façon à le manier facilement […] Peuvent y être interprétés des marches, des chansons, même un ignorant en musique après un court apprentissage, de la façon la plus agréable.


(Vienne, 6 mai 1829)

 

Wheastone Charles l'un des inventeurs de l'accordéon

Quelques semaines plus tard, à Londres, Charles Weastone (1802-1875) dépose un brevet pour le symphonion à soufflet qui est en quelque sorte l’association d’un harmonica avec un soufflet à main qui deviendra ensuite le concertina, petit accordéon de forme hexagonale comportant 2 claviers mélodiques.

Dans un premier temps l’accordéon est moqué et considéré comme un jouet. Voici le commentaire d’un critique musical en 1841 :

Une sonate d’accordéon peut tuer un malheureux atteint de névralgie ; cette arme est aussi dangereuse qu’un pistolet

CASTIL-BLAZE, La France musicale, n° 47, dimanche 21 novembre 1841

Pour le plaisir, citons également cette définition de l’accordéon de 1853 :

Cet instrument ou plutôt ce joujou, que l’on nomma accordéon, eut une vogue prodigieuse, et tout indigne qu’il était, il osa pénétrer jusque dans le sanctuaire, où le mauvais goût souffrit qu’il mêlât sa voix aigre à la majesté des chants divins.

Achille de JOUFFROY, Dictionnaire des inventions et découvertes anciennes et modernes, dans les sciences, les arts et l’industrie, 1853

A sa décharge, il faut toutefois reconnaître que cet instrument pèse alors quelques centaines de grammes et mesure 18 cm… L’accordion de Demian a pourtant rapidement intéressé un grand nombre de facteurs parisiens avec cependant une qualité de fabrication qui pouvait parfois laisser à désirer. L’instrument évolua et passa de 5 notes lors de sa création à 30 notes en 1850.

En pleine période romantique, il devint même un objet d’art richement décoré.